Tout commence par un Command

CORNETTES 1894

En 1884, Monsieur et Madame Victor COMMAND transforment leur ferme en auberge et font l’annexe de 20 chambres en 1904.
Victor et Adeline Command ont trois filles… qui marient trois maires : de Bernex, d’Abondance et de la Chapelle.
Pauline épouse François Trincaz. Ensemble ils reprennent l’hôtel des Cornettes…en 1925.


C’est le grand départ de l’Aventure !

CORNETTES 1930

Le lundi 28 décembre 1925, Victor Command quitte les siens à la suite d’une douloureuse maladie. Cet homme qui possédait à un haut degrés une belle intelligence au service d’un noble cœur, laissera des regrets unanimes.


Les premiers touristes d’hiver

hiver 1930 valle abondance

Dans les années 30, le Comice agricole se déroule derrière l’hôtel. L’hiver 1935 voit apparaitre les premiers concours de ski qui conjuguent slalom, fond, saut et descente. Lors de cette grande fête en fanfare, les premiers touristes d’hiver se joignent aux nombreux supporters de la vallée.


François et Pauline

Francois et Pauline

Pauline épouse François TRINCAZ, maire de Bernex, le 18 octobre 1921. Ensemble ils reprennent la succession des parents en 1925.
Pauline est aux fourneaux. Elle aura 4 fils : Francis, Régis, Gabriel et André.
Tous travailleront dans hostellerie. Le restaurant acquiert rapidement une solide réputation.
Madame Pauline Trincaz sera l’incarnation même de l’hôtellerie de montagne faite du sens de l’hospitalité, de l’accueil et, aussi, de la bonne table.


Jeanine et Gabriel

Jeanine et Gaby

En 1952… Les sports d’hiver commencent à s’imposer
Jeanine Billat à trouvé un emploi à Courchevel 1850, station pilote du du département de la Savoie. L’hôtel de la Loze durant quatre saisons sera impregné de « la Jeanine ».
Gaby Trincaz, qui à appris le métier avec sa mère, décide de faire son tour de France et trouve un emploi d’aide cuisinier au Cabanon des Neiges à Courchevel…
C’est l’époque ou les jeunes se retrouvent une fois par semaine dans les p’tits bals du samedi soir. Au Praz de St-Bon, l’hôtel les Peupliers organise chaque semaine un bal musette… C’est au cours d’une fondue particulièrement délicieuse que les regards de Jeanine et de Gaby se croiseront… Ils remontent ensemble et à pied, la main dans la main jusqu’à Courchevel 1850, distante de 8 km. Il fait -15° mais Jeanine avouera 42 ans plus tard n’avoir jamais eu froid ! Jeanine et Gaby se marient en 1955 et reprennent l’hôtel les Cornettes, dont ils améliorent sans cesse non seulement le confort mais aussi la qualité de la table. Ils ont deux fils, Bernard et Philippe. En 1976, ils construisent la Résidence du Chablais et lancent la formule des vacances libres : résidence avec ou sans demi pension.

Gaby Bernard et Philippe Trincaz

Bernard et Philippe Trincaz


Un siècle à passé

Et plus que jamais… bon pied, bon œil, bonne table !

La vie recommence à cente ans… Sans doute pourrait-on appliquer cette pensée à ce véritable complexe hôtelier qu’est devenu l’hôtel les Cornettes. Jamais depuis cent ans la jeunesse n’a transparu avec autant de fraicheur et de dynamisme pour cet hôtel où tout respire la joie de vivre et de bien vivre. Que vient-on chercher aux Cornettes sinon le désir de se refaire une santé… Avec des installations ultra modernes de remise en forme… Des espaces loisirs totalement adaptés… Un confort revu et corrigé à tout instant… Une recherche constante de faire plaisir avec ce sourire accueillant qui s’affiche en permanence sur tous les visages… Et il y a cette « sacrée table » qu’un jour ou l’autre tout Savoyard qui se respecte veut connaitre ou faire connaitre. Sa réputation à franchi les frontières. on a même entendu des Suisses parler de ‘la Vallée des Trincaz » confondant la beauté d’un site avec l’abondance délicieuse d’un repas inoubliable.

L’écrivain poète des montagnes, Paul Vincent a, quant à lui, parlé de la dynastie des Trincaz, et c’est bien de cela qu’il s’agit. De père en fils, on a perpétué la tradition, le savoir-faire, chaque génération apportant ce petit plus du besoin d’époque, sans jamais remettre en cause la valeur du vécu… Dans cette dynastie de la qualité hôtelière, on a compris l’importance de l’expérience ! En cette période de morosité économique, l’entreprise hôtelière des Trincaz est sans aucun doute un modèle de gestion, mieux un exemple de réussite ! Car aux Cornettes l’harmonie règne à tout niveau, qu’il soit professionnel ou familial. Lorsqu’en 1894, Victor et Adeline Command décidèrent de transformer leur ferme en auberge, sans doute ne savaient-ils pas trop où ils allaient. Leur bon sens ne les a pas trahi. Plus de cent ans après, du haut de leur paradis, ils doivent avoir le sourire. Ils avaient visé juste et ça n’est pas fini car un Trincaz en cache toujours un autre !

Yvon Chaloyard, Journaliste


Virginie et Jérémy

La suite est en train de s’écrire….

Virginie et Jeremy Trincaz

→ Découvrez les Cornettes en Photos